previous arrowprevious arrow
next arrownext arrow
Slider

NEO – Concrete Bubbles of Love

Tengbom Architects
Krister Bjurström, Anna Morén Sahlin, Kjell Jansson, Anna Mistry Bergbom, Daniel De Sousa Barrera, Miguel Reyes, Sofia Kanje, Kristoffer Adolfsson, Ana Gejo.

LINK Arkitektur (Finish Railings & Furniture)
Laila Ifwer Sternhoff, Laila Boström, Elaine Young

Tengbom Computational Design
Shahrokh Kamyab och Jakob Lilliemarck

B:Mec Engineering
Suvad Muratovic

Accoustic Engineering
Akustikkonsulten

Butong
Jean-Charles Violleau, Hamid Yaldan, Malin Wahlström, Staffan Snis, John Nilsson, Lars Höglund, Benjamin Levy

Philips Lighting
Svante Pettersson, Daniel Ljung, Disco Anders

Photography by Birnee
Per Lundström

Client
Karolinska Institutet, Veidekke

Remerciements à Johannes Kuhnen chez Design to production concernant le modèle paramétrique.

Articles
Article on Archdaily.com

Article on Designboom.com

A propos du projet

Le dernier centre de recherche de la Suède, le Karolinska Institutet – NEO, comprend un espace amorphe en béton translucide avec des qualités acoustiques uniques. Les deux bulles de béton contiennent les conférences les plus pointues d’Europe.

À l’intérieur, les conférences se déroulent sur un écran LED monstrueux de 15 x 3 m (49 x 10 pi). Et le son est distribué via 68 microphones et 234 haut-parleurs (61 + 129 dans la petite salle).

Dehors, des annonces et des discours peuvent être faits en utilisant la coquille et sa forme. L’annonceur peut choisir sa position par rapport à la coquille, en fonction de la taille de l’audience.

L’absorption acoustique n’a jamais été recherchée, mais plutôt la qualité sonore avec une ambiance intime. Les millions de micro-perforations absorbent le bruit et les cavités diffusent des sons aigus, tandis que la forme d’ensemble diffuse dans le registre inférieur. Le résultat est une ambiance totalement unique où la parole et la discussion sont exemptes de bruit.

Les portes d’entrée ont des perforations d’oxytocine, la «molécule d’amour», en guise de rappel. Les perforations ont reçu une direction permettant de simuler une sorte de nuage d’électrons – une sphère d’amour dans laquelle chaque visiteur pénètre.

Les moules ont été produites avec le moins de matériau possible. Chacun des 250 panneaux avait besoin d’un coffrage composé de 12 pièces d’acier uniques. La forme a ensuite été remplie avec un granulat en plastique et façonnée à la main pour créer la surface 3D correcte. Le granulat est réutilisé indéfiniment par le producteur.

Avec des lumières éteintes – l’espace prend une atmosphère plus sombre, plus semblable aux premiers dessins au fusain.

PRODUCTION DE PANNEAUX DE BUTONG

Spectacle de lumière à Neo

Projet similaires

Studioverket

Smålands Nation

CCPP